quoi d'original ?

On ne trouvera pas ici les principes de base de la navigation astronomique. Les sources d'informations sur le sujet sont nombreuses et il n'y a pas besoin de refaire ce qui est déja fort bien fait ailleurs.

Ailleurs, c'est (entre autres) : http://navastro.free.fr, « Navigation en haute mer » d'Olivier Stein-Veyrin, « manuel de navigation astronomique », de Roger Florent1, ou le site du Bureau des Longitudes: http://www.bdl.fr/. Le Marin Breton et le Bloc Nautique donnent également des explications simples et claires.

La petite différence avec les méthodes classiques est que je propose de passer systématiquement par le calcul du point vernal. Ca n'est pas l'habitude du marin, c'est celle de l'astronome. Ça permet d'utiliser les tables de données librement disponibles sur internet à la place des éphémérides nautiques volumineuses et souvent coûteuses ou difficiles à se procurer. Ça permet également d'utiliser n'importe quel astre, lune, planète ou étoile, exactement de la même manière et avec les mêmes programmes que pour le soleil.

Cette méthode unifiée étant la seule réelle originalité du présent papier, j'espère ne pas avoir réinventé la roue !

D'autre part, j'ai cherché en vain des explications sur le calcul des corrections de l'angle mesuré (dépression, réfraction, ...). Je propose donc les miennes, qui valent ce qu'elles valent, mais qui sont en accord avec les valeurs communément admises.

Un programme et des exemples sont réalisés sur une calculette $HP15C$ révisée XXème siècle, mais qui est celle que je possède et qui répond à la plupart de mes besoins depuis 20 ans2. Les données sont donc embarquées sous forme imprimée, la mémoire de la calculette n'étant pas suffisante pour les contenir. Il s'agit donc ici d'une méthode « semi-automatique ».

D'autres programmes sont également proposés pour ceux qui auraient les moyens d'embarquer une Linuxette à bord.

Figure 1: les angles de la longitude, vus du pôle nord.
\includegraphics[scale=1]{angles.eps}

$j$ : jour de la mesure (1 au 1er janvier, 33 au 2 février,...),
$t$ : heure TU de la mesure,
$H_i$ : hauteur instrumentale lue au sextant,
$H_v$ : hauteur vraie corrigée de la collimation et de la réfraction,
$H_c$ : hauteur calculée,
$Z$ : azimut,
$L$ : latitude estimée,
$G$ : longitude estimée (>0 si Est, <0 si Ouest),
$\delta_O$ : déclinaison tabulée de l'astre avant la mesure (>0 si Nord),
$\delta_1$ : déclinaison tabulée après la mesure,
$ET_0$ : heure de passage au méridien de Greenwich ce jour,
$ET_1$ : heure de passage au méridien le lendemain,
$GHA$ : angle des méridiens Greenwich et astre,
$\gamma$ : angle des méridiens Greenwich et point vernal,
$\alpha$ : ascension droite de l'astre,
$LHA$ : angle des méridiens astre et bateau
$C$ : collimation du sextant,
$R$ : correction de réfraction,
$D$ : correction de dépression,
$R2$ : correction de demi diamètre,
$P$ : correction de parallaxe,
$r$ : demi diamètre de la terre ($6,3662.10^6$ m),
$d$ : distance terre-lune.

didier 2007-07-12